Invitation à la Vie répond aux allégations
erronées de la Miviludes

28 avril 2010

Invitation à la Vie a entrepris une action de clarification auprès de la Miviludes, qui est l'organisme dépendant du Premier Ministre en charge de veiller aux dérives sectaires. Nous avons répondu point par point aux allégations erronées contenues dans une lettre que la Miviludes nous a adressée récemment et qui sont la source des sites Internet détracteurs d'Invitation à la Vie.

A Madame Amélie Cladière, Secrétaire génerale de la Miviludes
66, rue de Bellechasse, 75007 Paris

 

 

Madame la Secrétaire générale,

Nous faisons suite à votre lettre du 4 février dernier et vous remercions d’avoir consacré un temps précieux à une réponse détaillée.

Dans ce même souci de précision, nous nous permettons de vous apporter, point par point, des informations sur l’identité, la réalité et les fondements de l’association IVI.

A la lecture de votre lettre, l’essentiel de ces informations détenues par la Miviludes sur IVI est de jure et de facto inexact et/ou périmé depuis plus de 20 ans !

En effet, vous indiquez : « La fondatrice et les douze premiers responsables d'IVI étaient notamment vénérés comme la réincarnation du Christ et des apôtres. »

Cette affirmation est doublement inexacte : il n’y a jamais eu douze premiers responsables, cela ne correspond à aucune structure de l’association.

Conformément aux statuts de l’association lors de sa constitution, il y avait trois membres fondateurs, aujourd’hui décédés, un conseil d’administration formé de huit personnes et dix-huit membres actifs ayant droit de vote.

D’autre part, Yvonne Trubert a toujours affirmé être au service du message du Christ ; ce serait donc un contresens que d’affirmer qu’elle se prenait pour la réincarnation du Christ. Elle n’a jamais appelé à être vénérée et a toujours invité les individus à aller vers la parole du Christ.

Il y a là une confusion entre vénération et l’admiration qu’avaient pour elle de nombreuses personnes dans le monde entier.

Vous affirmez, par ailleurs, que l’enseignement (d’IVI) comporte également une vision satanique et apocalyptique du monde, avec une activité importante d'exorcisme.

Or, l’enseignement d’Yvonne Trubert est un message de foi, d’espérance et d’amour qui, en référence à celui du Christ, n’élude pas l’existence du mal mais, en aucun cas, ne le met en avant ou lui donne une importance de premier plan ; au premier plan se trouve l’amour universel enseigné par le Christ ; comme Lui, elle associe les malheurs et mal-être de l’humanité à des influences négatives :

Yvonne Trubert, conférence aux îles Chausey, septembre 2008 : « Dès l’instant où nous comprenons que cette force d’aimer est dans l’homme, partie intégrante de lui-même, nous pouvons vivre avec une autre espérance : vivre des instants de qualité pour aimer nos familles, nos enfants, nos parents, nos frères, nos soeurs… Mais le Christ ne nous a-t-Il pas dit : « Si tu aimes seulement ce cercle familial, les païens en font autant. » Il faut que nous prenions conscience d’élargir ce cercle, d’aller au-delà de nous-mêmes, d’aller au-delà de nos proches pour acquérir la possibilité de soulager ces souffrances par notre amour : donner la vie à ceux qui sont déprimés, donner l’espérance de vie à tous ceux qui n’ont plus d’espoir.

Nous avons oublié qui nous étions, que nos racines n’étaient pas seulement terrestres mais qu’elles étaient célestes. Si nous sommes présents sur cette terre en ce moment, dans ce XXIe siècle, c’est que nous avons un rôle, une mission à accomplir. Nous ne sommes pas des grains de sable, nous ne sommes pas non plus des animaux, nous sommes supérieurs à tout cela mais n’en tirez aucun orgueil ! Car si nous sommes ainsi, c’est parce que Dieu nous a comblés de talents. Ces talents sont différents pour chacun d’entre nous, afin que cette terre puisse vivre en harmonie car nous sommes créés pour le bonheur, non pas pour la souffrance. Nous ne sommes pas là pour expier, nous ne sommes pas là pour nous culpabiliser des choses que nous avons faites ou pas faites. Le Christ nous met dans cette ligne de conduite : votre passé est un mort. Laissez les morts enterrer les morts car mon Père n’est pas le Dieu des morts, dit-Il, mais le Dieu des vivants. »

S’agissant de l’axe thérapeutique d’IVI qui, selon vous, est porteur de risques graves, nous répétons et confirmons qu’IVI ne prétend absolument pas avoir un axe thérapeutique et n’en a pas.

Le livret « Homme nouveau, nouvelle médecine» date de 1985 et n’a jamais été réédité depuis et n’est plus en circulation dans IVI depuis 20 ans.

Par ailleurs, ce livret n’était pas un livret médical (le titre malheureusement prêtait à confusion) mais proposait une hygiène de vie avec des médications naturelles et traditionnelles qui sont en vente libre dans les pharmacies.

En outre, l’expression « Il n’y a pas de maladies inguérissables » fait référence à la foi et à l’espérance et non pas à un quelconque procédé thérapeutique : on ne peut pas séparer le désir de vivre d’un être de sa guérison et il ne faut jamais abandonner l’espérance.

Enfin, aucun des deux médecins ayant fait l’objet de poursuites judiciaires ne se réclamait de l’enseignement d’IVI, puisque ce n’est pas un enseignement médical ni thérapeutique, et ils n’ont à aucun moment fait l’objet d’une quelconque sanction judiciaire ou ordinale.

Bien entendu, nous tenons à votre disposition l’ensemble des documents qui confirment, tant le message d’Yvonne Trubert à travers ses conférences et séminaires, qu’en ce qui concerne la structure juridique d’IVI et la relaxe des médecins poursuivis.

Nous vous remercions une nouvelle fois du temps que vous voulez bien consacrer à notre situation.

Je vous prie de croire, Madame le Secrétaire Général, en l’expression de ma considération respectueuse.

Le Président

Daniel CHAUVIN