Droit de réponse adressé par Invitation à la Vie au journal
le Figaro, le 18 janvier 2013

Daniel Chauvin, Président d'Invitation à la Vie, a envoyé le texte ci-dessous à Monsieur Marc Feuillée, Directeur de la publication du journal le Figaro, en réponse à l'article paru dans l'édition du 9 janvier 2013, intitulé Les liaisons dangereuses du Professeur Séralini. 

La lettre dans son intégralité

« Vous mettez en cause dans votre article l’association Invitation à la Vie, et indirectement à travers elle le laboratoire Sevene Pharma, le professeur Séralini, et ses travaux sur les OGM. Nous regrettons que vous n’ayez pas poussé votre enquête jusqu’à prendre contact avec nous pour compléter vos informations, ce qui vous aurait conduit à corriger l’appréciation que vous avez livrée à vos lecteurs.

Invitation à la Vie est une association laïque d'inspiration chrétienne, ouverte à tous, qui rassemble et accueille des personnes de tout âge, de tous horizons social et culturel, sans distinction de race, de nationalité, de religion, croyantes ou non, et qui a pour but l'accueil, l'écoute, la consolation et l'harmonisation. Ses adhérents et sympathisants proviennent de milieux très divers, et leurs confessions et convictions sont très variées. Les réflexions et propositions en matière de santé de certains des fondateurs du mouvement n’ont jamais fait l’objet de publications autres qu’à usage interne, et aucun médecin n’a jamais été condamné pour y avoir prêté l’attention qu’il a estimée légitime d’y porter. Nous ne relevons aucun accident sanitaire qui leur ait été directement ou indirectement imputé et nous nous indignons donc de vos inadmissibles accusations selon lesquelles notre association aurait pu être la cause de la mort de nombre de malades dans d’atroces souffrances, ce qui est entièrement faux.

Nous ne disconvenons pas qu’un rapport parlementaire de 1995 a ponctuellement rangé notre association parmi une multitude mouvements qu’il a cru pouvoir qualifier de « sectes » mais vous n’ignorez pas que depuis lors la Miviludes a admis que le terme est impropre, et même inexistant en droit français, et la jurisprudence le confirme régulièrement. Nous réfutons donc ces procès d’intention et en sorcellerie qui ont d’ailleurs concerné d’autres organisations ou mouvements au grand mécontentement de la Cour européenne des droits de l’Homme.

Les liens de nos adhérents sympathisants ou partenaires avec telle ou telle entreprise – et par définition ces liens sont multiples et nombreux avec toutes sortes d’entités dans tous les corps de métier - sont totalement étrangers à nos activités et inversement. Notre association n’est en effet ni un cercle, ni un club, ni un réseau, mais une structure apolitique et non confessionnelle d’écoute, de consolation, de réconfort et d’aide à l’apaisement pour des personnes à la recherche d’un meilleur équilibre dans un monde et un environnement particulièrement stressant et agressif. Nous n’avons aucun lien avec le professeur Séralini qui n’est ni adhérent, ni sympathisant, ni donateur de notre association. Il a déclaré ne pas nous connaître et nous n’avons aucune raison d’en douter. Notre association n’a aucun intérêt capitalistique ou financier dans la société Sevene Pharma.

Nous nous étonnons donc que votre article mêle et mette notre association au service d’une polémique qui oppose des tenants et des opposants aux OGM, et qui cherche à décrédibiliser le professeur Séralini et ses travaux sur la toxicité des OGM – que les pouvoirs publics ont pris au sérieux – en nous désignant, excusez du peu, comme étant une de ses “liaisons dangereuses”.»

L'article publié dans le Figaro (maintenant en accès payant) 

Le droit de réponse publié dans le Figaro le 9 mars 2013

L'article publié dans le Monde (maintenant en accès payant)

Le professeur GIlles-Eric Séralini confronté à d'infâmes ragots